Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La culture depuis Saturne

La culture depuis Saturne

Menu
L’Album Rouge d’Arlette Gilbert par Thierry P. Jullien

L’Album Rouge d’Arlette Gilbert par Thierry P. Jullien

"Les Joyeuses Commères de Windsor", mise en scène de Jacques Fabbri. Arlette Gilbert au centre.

"Les Joyeuses Commères de Windsor", mise en scène de Jacques Fabbri. Arlette Gilbert au centre.

Un matin de l’année 1943, un jeune reporter flâne place du jeu de Balle à Bruxelles dans le célèbre marché aux puces de la ville. Il est à la recherche d’un cadeau pour son ami, ancien capitaine de marine, lorsqu’il trouve la maquette d’un trois-mâts présentant une figure de proue en forme de licorne. Il décide de l’acheter même si un importun tente, in extremis, de la racheter au prix fort. Ce n’est qu’en l’apportant à son ami qu’il découvre que cette maquette représente le trois-mâts « La Licorne » du capitaine François de Hadoque, illustre ancêtre de son ami le capitaine Haddock. S’en suit une double aventure, d’abord sur la terre ferme, consignée par Hergé dans « Le secret de la Licorne » puis dans la mer des Caraïbes, toujours consignée par Hergé, cette fois dans « Le trésor de Rackham le Rouge ».

 

A l’approche du Noël de l’année 2018, un jeune homme – qui n’est pas Tintin – flâne dans le marché des Emmurées à Rouen à la recherche d’un cadeau pour son oncle lorsqu’il trouve un vieil album ayant appartenu à une comédienne française. Il décide de l’acheter et finit par l’offrir à son oncle qui n’est pas le capitaine Haddock mais Thierry P. Jullien, professeur d’anglais, président de la compagnie « Théâtre des Crescite » et auteur du livre d’entretiens avec la comédienne Paulette Frantz « Mon Chariot de Thespis » (éditions Spinelle 2019).

 

Le dénommé « Album Rouge » contient les souvenirs de la carrière de la comédienne Arlette Gilbert : des photos dédicacées ou annotées, des lettres d’admirateurs, des coupures de presse en pagaille, le tout soigneusement archivé.

S’en suit, pour notre reporter de fortune, l’aventure de parcourir cette vie, tenter de la reconstituer – ici la date 1946 où Arlette Gilbert échoue de peu à entrer au conservatoire, là une adresse à Saint Germain en Laye – puis dresser la liste des collaborateurs et spectacles d’une longue carrière – Jean Vilar lui adressant ses meilleurs sentiments sur une carte du Théâtre National Populaire datée du 7 mai 1960, Georges Vitaly et sa mise en scène de « La puce à l’oreille » de Feydeau où Arlette Gilbert donne la réplique à Pierre Mondy et Louis de Funès, une carrière éclectique à la télévision avec, par exemple, le « Rouletabille » d’Yves Boisset, et également une carrière au cinéma avec, notamment, « Le cinéma de papa » de Claude Berri ou encore « La vie et rien d’autre » de Bertrand Tavernier.

 

Thierry P. Jullien synthétise tout cela et bien plus dans cet « Album Rouge », souhaitant faire connaître la comédienne Arlette Gilbert et lui rendre hommage tout en rendant hommage au Théâtre. Il le fait à merveille sur ce site internet https://albumrouge.webnode.fr et également en livre numérique disponible à l’adresse suivante : https://online.fliphtml5.com/hmrfs/znns/#p=1

 

Comme quoi, il est bon de flâner dans les marchés aux puces et, on ne sait jamais, cette aventure se terminera peut-être, elle-aussi, à Moulinsart.